CVLT NATION EXCLUSIVE: The Rodeo Idiot Engine Interview + Premiere

Malaise is a French word meaning discomfort, uneasiness, the sensation of being physically disturbed from something. That’s the word The Rodeo Idiot Engine chose for their new album, two years after Consequences, a major achievement of the 2010’s chaotic hardcore era. To celebrate this release we have an exclusive stream of the second track “Carrying Icons,” as well as an interview with them to talk about Malaise. You can now preorder the LP/CD version of Malaise on Throatruiner (France), Grains of Sand (Russia), Dingleberry (Germany) and Deathwish Inc.

There are both an English and French versions of the interview with Alan (Guitar) and Jérôme (Vocals), and you can also listen to “Le Parfum” through our colleagues’ website before sinking your head into “Carrying Icons”.

 

 

The way you announced Malaise made it sound like it was a very difficult thing to release the album and that it took a lot of energy. Was it a very intense process ?

A: Like all the other ones! Writing/recording/releasing an album is like sprinting a whole marathon for us. We’ve always put ourselves under pressure by defining unrealizable deadlines otherwise we could never been able to make things as fast as we would. For Malaise, the whole process took less than a year, when we booked the studio we didn’t had any tracks at all. So yes, it’s hard and you have to make a lot of sacrifices at a personal level. You can’t only give 50% of yourself to this kind of project, you have to be committed and make choices. So yes, to answer your question, it was intense, but I guess that this helped to shape the mood of this album.

The physical release is cut in half because getting the LPs is tough, do you see this as a real problem or it’s not that important to you?

A: More than having the LP a few weeks after the official release date, the issue is to go on tour without it. It’s a terrible money lose for a touring band. You sell most of your records after the show and not on Internet so it’s really important if you don’t want to finish the tour more broke than you already are.

The title of the album, coupled with the artwork, gives us a large panel of interpretations. Discomfort (Malaise in French) can be associated with old age, nudity, a body that doesn’t match beauty canons, and many more things that I will not list. How did you choose the name?

J: The name of the album represents this feeling of deep unease that eats at you, but also the one that you can induce in the others through an uncommon attitude, some weird behaviors or theories. That’s what our society inspires in me/us. We searched for a physical representation of this “malaise” while contrasting it with something aesthetic. The choice of skin, a body and a life contrasting with the beauty stereotypes was really important to us. Also the choice of the body position should echo the internal suffering we wanted to show.

A: To work on the band visuals, I’ve always taken some time to soak in Jerome’s lyrics. This time they were sweating a deep sense of unease, something with which you’ve learned to live with. Not a teenage depression. So I had this blurry image that we managed to outline with our friend, Louis Triol, who took all the shots. We really wanted to see how people will feel in front of this picture, because like you said, the title could means a lot of things but from the first feedback we had, it really makes people ask questions, which is a good thing.

J: For the artwork and the lyrics, the interpretation is really up to everyone, so we’re happy to see that it works as intended.

 

051_web

 

Would you say it’s best to listen to this album (and the previous ones) during intense claustrophobic sessions where one would put himself in apnea during 40 minutes, playing with that line between unhealthy pleasure and total discomfort ?

A: To be honest, I never thought about a unique way of listening to our music. This genre could be listened to in plenty of situations and felt in different ways, but then I hardly imagine someone having us playing in the background at home. It’s something you live with on the front line!

I found on this album a real fluidity, juggling between short intense songs and more contemplative ones; we already had glimpses of this evolution on Consequences, was it unavoidable ?

A: It’s true that we always had this tendency of mixing different kind of tracks. We never did this intentionally, it’s really natural for us certainly because we hate monotony. I only hope that we do it better now.

Malaise has songs written in English, in French, and also in Basque (language of a region between France and Spain); do you feel at the center of those three cultures ?

A: At different levels, yes. Musically, we grew up influenced by English-speaking bands, that’s why we firstly choose this language. But with the years, I guess that, all of us, and particularly Jerome, wanted to try something new, saying different things with a different language. Some topics are more natural to yourself in a particular language.

The vocal parts seem to me even more beastly than before, as if we stopped someone from talking during two years and now we finally took his muzzle off. The suffering and violence coming from the lyrics are also really perceptible, it needed to get out ?

J: The album was written during a troubled and hard period for myself, so the anger and the suffering are certainly present in the lyrics. I also have some health problems which influence my psychological and physical condition, and since a few years ago, also my voice. The recording took place when I started to feel better, so I had less difficulties in using my voice. I see it like losing a muzzle. Now the bridle is still tight, but the album and the studio helped me a lot.

One sentence struck me during the song “Final Relief”: “Whose idea was it to inject me lucidity?” This cruel line reminds me that I often think we live in the society of “to live happy let’s live idiots.”

J: “blessed are the poor in spirit.” It’s hard or even impossible to live completely happily when you have a too lucid a view of our society. In the search for unconditional happiness, which is not my goal, the lucidity became a curse, it’s like a venom. You can’t just close your eyes. When you see what happens, all the shit that we do, the legacy that we will leave, you have to be an idiot, or you have to not give a shit about all that, to not be affected. It smells too much like shit and it’s hard to live with this smell.

Are “Syngue Sabour” and “Le Parfum” a nod to the movies that went by the same name, and are you in general influenced by cinema ?

J: I haven’t seen the movies, but yes both tracks reference the books of the same names. For “Syngue Sabour,” the lyrics are more linked to the stone meaning than to the story itself. Along with “Le Parfum” from Süskind, those two books are associated with two milestones in my life, and paradoxically one is the most wonderful one. Even if I’m an occasional reader, the literature can sometimes influences my writing. In the past, the cinema had a bigger influence, but it’s become less important.

“Syngue Sabour” also has in its first half sounds that reminded me of horror films scores, a perfect way to set the mood of the album?

A: We wanted a real cut with this intro, something dark and weird which could stick to the album mood but also give to the auditor some breathing room. We worked with a cello player and friend, Jérémie Garat, who is a big fan of Drone and Doom, so it was pretty easy for him to understand where we wanted to go. We didn’t really have any movie in mind, it was more a global feeling that we wanted to keep.

I had already talked about your live performances in an article and I ask you now: is it essential to have a visual personality during your shows with a rather chaotic music often qualified as messy performed live.

A: It’s essential, we always agreed on seeing our music as something you couldn’t experience alone. Everything is linked; if you want to wake up some feelings, you can’t just forget the view. If we didn’t decide to build our show like it is today, I would have the feeling of not doing my thing at 100%.

Also, personally, during a show it always helps me to forget about everything else, to enter into a state where nothing else counts.

When you toured for the promotion of Consequences, you only played one song, “Fools”… to keep the unique atmosphere of the new album, will it be the same for Malaise ?

A: Yes, we will play some Consequences songs. The gap between those two records is less important; Malaise is too recent and also I think that some people will be happy to see some old songs.

I believe a music video is in project, will it be a nice visual concept like the last one ?

A: Yes we will record it in a few days, and we could do it only with As Human Pattern, the same director as Consequences. Your shows, visuals or music videos are of as much importance as your sound. It’s the first thing that people will see, so it’s normal to be inline with the rest. I don’t see the purpose of doing a video only for the promo of a record, without really working on it. So once again, it should be a unique visual experience.

 

 

Finally, we are near the end of 2015, I feel the year has been full of good albums but almost no masterpieces; some favorite releases?

A: I agree with you, the year is full of really good Hardcore records (Loma Prieta, The Armed, Defeater, Cult Leader, Birds In Row, Kowloon Walled City…) and all styles records (Chelsea Wolfe, Sun Kill Moon, Son Lux, Other Lives, Earl Sweatshirt, Travi$ Scott…), but in the end I don’t know if something from 2015 will still be on my turntable in a few years. What upsets me the most is the lack of new blood in the scene. The good records have been released by already known bands. This year I haven’t been surprised by any demo/ep from a young band.

Thanks to Matthias, Alan, Jérôme and The Rodeo Idiot Engine

 

11013037_10156270561990691_749305820890835004_n

French Version :

De la manière dont vous l’avez annoncé on a l’impression que l’album a été assez difficile à sortir et qu’il vous a coûté beaucoup d’énergie, le processus fut intense ?

A : Comme à chaque fois je dirais ! Composer/enregistrer/sortir un album c’est un peu comme sprinter sur la durée d’un marathon en ce qui nous concerne. On s’est toujours fixé des objectifs et des deadlines impossibles à tenir sinon on n’arriverait pas à avancer comme on le voudrait. Pour « Malaise » tout s’est passé en moins d’un an, lorsqu’on a booké le studio on n’avait même pas un morceau du coup c’est très difficile et ça demande énormément de sacrifices sur le plan perso. Tu ne peux pas t’investir qu’à moitié dans ce genre de projet et il faut donc faire des choix, donc oui pour répondre à ta question cela fut très intense mais d’un autre coté je pense que cela a affiné encore d’avantage l’ambiance de l’album.

La sortie est coupée en deux à cause du pressage vinyle qui prend plus de temps, vous voyez ça comme un vrai problème ou ce n’est pas très important ?

A : Plus que sortir le vinyle dans un second temps, le soucis c’est surtout de prendre le risque de partir en tournée sans ce dernier, car c’est tout simplement un gros manque à gagner. C’est après les concerts qu’on vend la majorité des disques et pas sur internet, donc c’est très important pour ne pas se mettre dans le rouge plus qu’on ne l’est déjà.

Le titre de l’album couplé à la photo qui sert d’artwork donne vraiment de belles pistes de réflexions et d’interprétations. Le malaise peut être associé à la vieillesse, à la nudité, à un corps qui ne correspond pas aux canons de beauté, et bien d’autres que je ne citerai pas. Comment vous en êtes arrivés à ce résultat ?

J: Le titre de l’album représente pour nous ce sentiment de mal être profond qui nous ronge , mais aussi le malaise que l’on peut provoquer chez les autres par un attitude qui diffère de l’entendement du commun, certaines actions ou théories dérangeantes, malsaines ou pas. C’est en gros ce que nous/m’inspire la société actuelle. On a donc cherché une représentation physique de ce «malaise» tout en contrastant avec quelque chose de très esthétique. Le choix d’une peau, d’un corps, d’une vie sortant comme tu le dis « des canons de beauté» et ayant un vécu nous semblait donc important. Le choix de la posture devait aussi faire écho à la souffrance interne.

A : Pour travailler les visuels du groupe j’ai toujours pris du temps pour vraiment lire et m’imprégner des textes de Jérôme. En l’occurrence ils transpiraient vraiment un mal être personnel et assumé avec lequel tu aurais appris à vivre, pas un truc d’ado mal dans sa peau. Du coup j’ai eu cette vision un peu floue qu’on a réussi à retranscrire grâce à un ami photographe, Louis Triol. On avait vraiment envie de voir ce que cela allait susciter chez les gens car comme tu le dis le malaise peut être associé à pleins de choses mais d’après les premiers retours qu’on a pu avoir cela fonctionne très bien, car même si le ressenti est différent entre tous au final il éveille pas mal de questionnements.

J: Autant au niveau de l’artwork que des textes, la place est laissée à la libre interprétation, donc content de voir que ça puisse fonctionner.

Est-ce que vous préconiseriez l’écoute de votre album (et des précédents) dans d’intenses sessions claustrophobes où chacun se met dans une sorte d’apnée pendant 40 minutes, et qui jouerait avec cette limite entre le plaisir malsain et le malaise complet ?

A: Pour être honnête je n’ai jamais préconisé un type précis d’écoute pour nos albums. Ce genre de musique tu peux l’écouter dans pleins de situations et du coup tu la ressens de façons différentes, après j’imagine mal les gens laisser ça en fond sonore chez eux. C’est en général quelque chose que tu vis au premier rang.

Je trouve qu’il y a sur cet album une vraie aisance à jongler entre les morceaux très courts et très intenses et ceux plus long et un peu plus contemplatifs, on avait déjà des bribes de cette évolution sur Consequences, ça devenait presque inévitable ?

A: C’est vrai qu’on a toujours eu cette tendance à mélanger les genres depuis nos débuts. On ne se pose pas trop de questions à ce sujet en fait, ça vient tout seul, sûrement parce qu’on déteste la monotonie. J’espère juste qu’on le fait mieux maintenant.

Malaise comporte des morceaux écrits en anglais, en français mais aussi en basque, vous vous sentez au cœur de ces trois cultures ?

A: A différents niveaux oui. Musicalement on a bien évidemment été entourés par l’anglais, d’où le choix de l’utiliser au départ du groupe mais pour tous et surtout pour Jérôme je pense qu’il y avait une envie d’essayer d’autres choses, de dire des choses différentes dans une langue différente. Certains sujets te parlent plus dans une langue plutôt que dans une autre.

Le chant me semble encore plus bestiale qu’avant, comme si on avait empêché à quelqu’un de parler pendant deux ans et qu’on lui enlevait enfin sa muselière. La souffrance et la violence qu’il y a dans les textes sont vraiment perceptibles, on sent qu’il fallait que ça sorte en fait ?

J: L’album a été composé durant une période un petit peu trouble et difficile personnellement. La colère et la souffrance s’en ressentent donc peut être dans les textes. J’ai aussi des petits problèmes de santé qui ont une influence sur mon état psychologique mais surtout physique, et notamment la voix depuis quelques années. L’enregistrement s’est déroulé à un moment où le problème commençait à être réglé donc moins de difficultés à utiliser ma voix, ce qui pourrait correspondre à l’image de la muselière défaite. La bride est encore un peu serrée mais cet album et le studio m’ont servi d’exutoire.

Une phrase dans l’album m’a particulièrement marqué, elle se trouve sur le morceau « Final Relief » : Whose idea was it to inject me lucidity ? Cette phrase cruelle me force à me demander si nous ne sommes pas dans la société du « pour vivre heureux vivons idiots » ?

J: « Bien heureux les simples d’esprit ». Il est difficile, voir impossible d’être pleinement heureux quand on porte un regard trop lucide sur notre société. Dans la recherche du bonheur inconditionnel, ce qui n’est pas forcement mon but, la lucidité devient un fléau, une sorte de venin. Impossible de fermer les yeux. Quand on voit tout ce qu’il se passe, toute la merde et l’élan de connerie que l’on déploie, que l’on va laisser en héritage, il faut être complètement idiot ou s’en foutre délibérément pour ne pas être affecté (à la limite autiste ou avoir un handicap mental). Ca sent bien trop la merde et difficile de bien vivre avec cette odeur.

Les morceaux « Syngue Sabour » et « Le Parfum » sont-ils des références aux films du même nom, et d’une manière plus générale le cinéma vous influence-t-il ?

J: Je n’ai pas eu l’occasion de voir les films, mais en effet, ces morceaux font référence aux livres du même nom. Pour « Syngue Sabour », le texte fait plus référence à la signification de la pierre, qu’au récit en lui même. Avec « Le parfum » de Süskind, ces deux livres ont marqué des étapes importantes de ma vie dont une qui est la plus belle pour l’instant, paradoxalement. Même si je ne suis qu’un lecteur occasionnel, la littérature peut parfois avoir une influence sur l’écriture. Sur d’anciens textes, le cinéma a pu avoir une plus grosse influence mais depuis quelques temps il prend une place beaucoup moins importante.

« Syngue Sabour » a par ailleurs dans sa première moitié des sonorités qui rappellent les Scores de films d’horreur, parfait pour appuyer l’ambiance de l’album ?

A: On avait envie d’une coupure avec cette intro, d’un truc sombre et bizarre qui puisse coller avec nos morceaux tout en laissant d’une certaine façon respirer l’auditeur. On a travaillé sur ça avec un pote violoncelliste, Jérémie Garat, qui est très fan de drone et doom donc ça été assez facile de s’entendre sur le chemin à prendre mais non on n’a pas particulièrement eu des films en tête, on voulait surtout insister sur une émotion générale.

J’avais déjà vanté les mérites de vos prestations scéniques dans un article et je réitère le compliment ; est-ce essentiel d’avoir une empreinte visuelle forte en live lorsque l’on joue une musique assez chaotique parfois qualifiée de brouillonne ?

A: C’est essentiel, on a toujours été tous d’accord sur le fait de ne pas envisager notre musique comme un art qui se consomme seul. Tout va de pair, si tu veux transmettre des sentiments, aller au bout de la catharsis, tu ne peux pas négliger la vue. J’aurais l’impression de ne pas aller au bout des choses si on n’avait pas travaillé notre show de la sorte. En plus personnellement lors d’un concert ça m’aide encore plus à m’oublier, à rentrer dans cet état second où plus rien ne compte.

Lorsque vous tourniez pour la promo de Consequences vous ne jouiez qu’un seul morceau de Fools…, préférant ne pas briser l’atmosphère unique qui régnait sur l’album, est-ce que ce sera de même pour Malaise ?

A: On va avoir quelques morceaux de Consequences en live. Le gap pour nous est moins important entre nos deux derniers albums, Malaise est encore trop récent, et puis certaines personnes seront contentes de pouvoir écouter/réécouter des anciens morceaux je pense.

J’ai cru comprendre qu’un clip était en préparation, faut-il s’attendre à un concept artistique comme ce fut le cas pour celui de « Consequences » ?

A: Oui on va tourner ça d’ici quelques jours, et on pouvait envisager ça qu’avec As Human Pattern qui a réalisé celui de « Consequences ». L’image que tu donnes en live, via tes visuels ou tes clips est aussi importante que ton son. C’est la première chose que les gens verront de toi dans 90% des cas du coup c’est tout simplement normal d’êtres en accord avec le reste et de surtout s’en donner les moyens. Je verrais pas trop l’intérêt de faire un clip juste pour aider la promo de ton album sans qu’il n’y ait pas de réel travail derrière. Ca risque donc encore une fois d’être une grosse claque visuelle.

Enfin, on est dans le dernier quart de 2015, je trouve que l’année a été riche en bons albums, mais pauvres en chefs d’oeuvres, des coups de cœurs ? (tous styles confondus bien évidemment)

A: Je suis assez d’accord, l’année a été remplie de très bons albums en Hardcore (Loma Prieta, The Armed, Defeater, Cult Leader, Birds In Row, Kowloon Walled City…) ou autre (Chelsea Wolfe, Sun Kill Moon, Son Lux, Other Lives, Earl Sweatshirt, Travi$ Scott…) mais au final je ne sais pas si quelque chose va perdurer dans ma discographie. Ce qui me déçoit le plus, c’est surtout le manque de sang neuf. Les bons albums ont été sorti que par des groupes dont tu n’en attendais pas moins, par contre pas une seule demo/ep d’un nouveau groupe qui m’ai retourné.

Previous post

Omega Monolith - Vile EP Review

Next post

Lima Oscura En Los Ochentas: Post-Punk Peruano

The Author

Tom

Tom

Passion driven french redactor ready to talk about anything regarding music, cinema, literature, esotericism or any type of worthy subjects. Also part of the TCPC organization in France.