CVLT Nation Interviews: RORCAL

It’s been ten years since Swiss band RORCAL began, and to celebrate that fact they released a special song called “La Femme sans Tête” (the headless woman). This interview is the occasion for Bruno to look back a little bit on Rorcal’s career, as well as on this new song. The original French version of the interview will be right under the English one.

“La Femme sans Tête” celebrates ten years of existence for Rorcal, so you really wanted to make it special, right?

Ten years is a long time for a band these days, so we thought we should mark the occasion. Above all, it’s a gift to those who followed and supported us for all those years.

It’s kind of an obvious question when we talk about the durability of a band: do you have a special memory from those ten years, some event that you’ll remember for the ages?

We have lots of great memories –like the show at Doom over Leipzig in 2010 where we performed “Heliogabalus” at the UT Connewitz, one of the most beautiful venues we’ve ever played in. We were wrapped in a constant cloud of smoke, red lights, Satan’s stroboscopes, in front of 8000 people. That was apocalyptic! Otherwise, last year we played in Neuchâtel, Switzerland, at the Café du Pont, a squatting place. I think there were like 50 people in 15 square meters (160 square feet), and people were just batshit crazy.

“La Femme sans Tête” is less post-metal than some of your previous records, with a distant voice (barely present) and even drone parts. Is this experimentation or a real direction for the band?

It’s always hard to predict where Rorcal is going, but “La Femme sans Tête” was clearly conceived as a punctual experimentation. There’s a lot of machines on this track, a thing we didn’t really use in past releases.

When I did my research on the title of the track, I found some faits divers (obviously) but also a couple of films and books, were they the inspiration for it?

La Femme sans Tête” is actually the name of a watercourse near Dijon (France). We came across the sign on the highway during our last tour and we immediately thought it would make a great name for an album. As for history, we don’t really know when this watercourse was named, but it would seem that it was indeed from a bloody fait divers where people found the headless corpse of a woman.

You launched an artwork contest for your fans; is that an important part of being a band to you, to create an interactive community?

We didn’t want to do a physical release for this one, but we still wanted to do something special, so Diogo suggested that we do a guide so that people could do the artwork themselves. We thought it was a good idea, so we did it. People played along and some of them sent us their creations; it’s really cool to see what people can do when they are inspired by your music.

The song is announced as an entity but is separated into three parts on bandcamp, why? Easier to share that way?

La Femme sans Tête” is definitely a unique entity, it’s just a technical necessity from Bandcamp to divide it in three parts.

Can this release be compared to some of your other projects, like Monochrome or Heliogabalus?

First of all, you can do whatever you want! I understand where you’re coming from, all three being long tracks, but that being said, they are completely different from one another.

Monochrome” is a longtime work with a saxophonist, a female singer and a keyboardist, and was created as the soundtrack of a short film. “Heliogabalus” is really a concept album on which we worked during more than a year; we even composed a prelude (in association with Music for the Space and some other people), which make this track a two hours monolith. As for “La Femme sans Tête”, we stayed with the collaboration idea but with a true feeling of urgency to it; the song was composed in one day and recorded the day after…

If we were to compare it with another song from our discography, I’d say “La Ronde Sous la Cloche”, our collaboration with Solar Flare, which was also created in “urgency” in three days.

You experimented a lot along your releases – almost none of your albums sound like another. Is that one of your objectives, to never stay too long in one place?

With “Heliogabalus,” we explored extreme doom; with “Világvége,” we tried a more direct black metal; “La Femme sans Tête” allowed us to experiment with machines and develop a “Godflesh-like” sound… Rorcal doesn’t really have a definite style, it’s a marinade of drone, noise and mud. We try not to stay in one place and especially to avoid boredom. It’s natural for us. We don’t change style just for the sake of it. Music offers us endless possibilities and we don’t like going in circles so we experiment with more or less success, but that’s not for us to say. The first objective is to enjoy ourselves, we choose our own road and we move forward.

On your website you put the entirety of your discography for free, could I ask you the reason behind this noble gesture?

We think music should be accessible to anyone. Besides the fact that the free download is of its time, I don’t see the point of making people pay for a computer file. We are in an era where whatever you do, your music is going to be leaked on blogs or Torrent, so why fight it? We may as well use it to give our work more visibility, don’t you think? That being said, people who want to support us, and more importantly who can afford it (not everyone can buy physical copies) can still buy our records on our merch table or pay a symbolic amount on bandcamp. It’s going rather well as it is. Money was never a goal in Rorcal; all we want is to reach a maximum amount of people with our music, and free downloads are the perfect tool for that.

What do you think about the media panoply that every new band has at its disposal: facebook, bandcamp, twitter, instagram….?

When you think about web development these last few years and all those platforms, that’s crazy… Our first album was on Myspace…you could only put three songs (and short ones too) on a shitty mp3 quality, compressed as hell…and now you have bandcamp where you can put your music freely without perverting it…that’s just crazy. Facebook also changed everything in the way we communicate with people following us. It’s awesome. To think how hard it was to put a website online too; everything is much simpler nowadays thanks to those kinds of tools. You have to make the best of it. All those social networks transcend barriers and allow small bands like us to reach a larger audience. It would have been way more complicated, if not impossible, a few years ago.

Do you think we are witnessing the death of the album? I mean, quite a few well-established bands seem to prefer releasing smaller records (like EP’s and Splits) rather than taking the risk of destroying themselves financially with full-lengths; and with the ever-growing number of bands emerging daily, it’s getting harder and harder to earn its place in the sun.

I don’t think for a second that long format is dying. I actually never even thought about it. As long as artists have something to express and a passionate audience to follow them, there’s no reason to consider the end of albums, whatever their length. I think it’s important to particularly be careful with your releases nowadays, and really create a beautiful artwork with great packaging. There will always be collectors who would rather spend 30 bucks on an object than 5 on a zip file.

I personally discovered you on the split with Malvoisie and Profond Barathre, two bands that I have loved ever since. Is that the first utility of a split, to help promote other bands and other styles through each part’s popularity? What are you looking for on those collaborations?

Split EP’s are for us mostly an occasion to collaborate, in one way or another, with bands and musicians we feel close to. We love to work with other people that’s why we are quite fond of this format. There are lots of bands with whom we would love to do splits, but we sadly don’t really have the time!

Finally, if I were to go in Rorcal’s library, what would I find?

I can’t speak for the others, but in my library right now there is The Nautical Chart by Arturo Pérez-Reverte, but there’s also “It is time for you to return” by lutenist Jozef van Wissem on a loop on my record player.

a2180213864_10

French (original translation)

« La Femme sans Tête » célèbre les dix années d’existence du groupe, c’est quelque chose qui vous tenait à cœur de marquer le coup ?

Dix ans d’existence pour un groupe c’est pas rien de nos jours. Alors on s’est dit qu’on devait marquer le coup. C’est surtout une sorte de cadeau pour celles et ceux qui nous suivent et nous soutiennent depuis toutes ces années.

C’est la question un peu kitsch mais bon quand on célèbre la durabilité d’un groupe on n’y échappe pas, après dix ans, vous avez un instant Kodak ? Un événement particulier qui a marqué l’histoire du groupe ?

On a pas mal de souvenirs hyper cool comme le concert au Doom over Leipzig en 2010 où on a joué « Heliogabalus » au UT Connewitz, l’une des plus belles salles où on a pu jouer. On était enveloppés dans un nuage constant de fumée, lumière rouge, stroboscopes de Satan, il y avait 8000 personnes, c’était carrément apocalyptique. Sinon aussi l’an dernier à Neuchâtel, en Suisse, au Café du Pont, un squat, on devait être 50 dans 15 mètres carrés et les gens étaient fin cinglés.

« La Femme sans Tête » est nettement moins post metal que certains de vos précédents disques, avec la voix assez lointaine (et peu présente) ou les passages très drone. Expérimentation ponctuelle ou allez-vous dans cette direction ?

Toujours difficile de prédire dans quelle direction on va avec Rorcal mais « La Femme sans Tête » a été clairement composée comme une expérimentation ponctuelle. Il y a pas mal de machines sur ce morceau, chose qu’on n’avait pas encore énormément exploité par le passé.

Quand j’ai fait des recherches sur le nom du morceau je suis tombé sur des faits divers (évidemment) mais aussi sur un film et quelques livres, ces derniers ont-ils été l’inspiration de ce titre ?

« La Femme sans Tête » est en fait le nom d’un cours d’eau proche de Dijon en France. On a croisé un panneau sur l’autoroute lors de notre dernière tournée et on s’est immédiatement dit que ça ferait un super nom d’album. Pour l’histoire, on ne sait pas trop quand ce minuscule cours d’eau a été nommé ainsi mais il paraîtrait en effet que ce serait suite à un fait divers assez sanglant qu’il aurait pris ce nom ; on y aurait retrouvé le corps d’une femme sans tête.

Vous avez lancé un petit concours d’artwork pour vos fans, c’est aussi ça pour vous un groupe, créer un vrai lien avec votre communauté ?

On ne voulait pas faire de sortie physique pour ce disque mais on se disait qu’il fallait quand même proposer quelque chose alors Diogo a proposé de faire un guide pour faire soi-même sa propre pochette. On a trouvé l’idée cool alors on l’a fait. Les gens ont pas mal joué le jeu, il y en a quelques uns qui nous ont envoyé leurs créations ; c’est hyper cool de voir ce que les gens peuvent faire en s’inspirant de ta musique.

Le morceau est annoncé comme une entité seule mais il est coupé en trois parties sur votre bandcamp, plus simple à partager ?

« La Femme sans Tête » est une entité unique. C’est juste une contrainte technique sur Bandcamp qui nous a obligés à diviser le morceau en trois parties.

Peut-on mettre cette sortie en parallèle avec des projets comme Monochrome ou Heliogabalus ?

Surtout tu fais ce que tu veux, j’ai envie de te dire ! Je comprends le rapprochement, dans le sens où ce sont tous les trois d’assez longs morceaux. Ceci dit les approches de chacun de ces trois titres sont complètement différentes l’une de l’autre

« Monochrome » est une collaboration de longue haleine avec un saxophoniste, une chanteuse et un claviériste et a été pensé comme la bande originale d’un court-métrage. « Heliogabalus » quant à lui est un véritable (concept) album sur lequel on a travaillé durant plus d’une année ; on en a même composé un Prélude (en collaboration avec Music for the Space et d’autres personnes) qui fait de ce morceau un véritable monolithe de près de deux heures. Pour « La Femme sans Tête », en revanche, on reste dans l’idée de collaboration, certes, mais on est plus dans une approche «d’urgence » si je puis dire ; le morceau a été composé en un jour et enregistré le lendemain…

Si on devait vraiment rapprocher ce morceau d’un autre titre de notre discographie, je dirais « La Ronde Sous la Cloche », notre collaboration avec Solar Flare qui a été elle-aussi composée et enregistrée dans une sorte « d’urgence », en trois jours.

On peut voir pas mal d’expérimentations dans votre discographie, pratiquement aucun de vos disques ne se ressemble, c’est l’un de vos objectifs de ne jamais rester trop longtemps au même endroit ?

Avec « Heliogabalus » on a exploré le doom le plus extrême ; avec « Világvége » on a versé dans le black le plus frontal ; « La Femme sans Tête » nous a permis d’expérimenter avec des machines et développer un côté carrément « Godfleshien »… Rorcal n’a pas vraiment de style défini, c’est assez vrai ; même si on navigue assez volontiers dans les eaux troubles du doom et du black metal, dans une marinade de drone, de noise et de boue. On essaie juste de ne pas stagner trop longtemps au même endroit et surtout d’éviter l’ennui. C’est quelque chose de naturel pour nous. On n’essaie pas de changer de style juste pour changer de style. La musique offre des possibilités infinies et on n’aime pas trop se répéter alors on essaie des choses. Avec plus ou moins de réussite peut-être mais ça ce n’est pas à nous de le dire. L’objectif premier étant de se faire plaisir à nous-mêmes, on trace notre route et on avance.

Sur votre site vous avez mis l’entièreté de votre discographie en téléchargement gratuit, oserai-je demander les motivations derrière ce noble geste ?

On pense que la musique devrait être accessible à chacun. Outre le fait que le téléchargement libre soit tout à fait dans l’air du temps, je ne vois pas trop l’intérêt de faire payer les gens pour un fichier informatique. Dans une ère où, quoi que tu fasses, ta musique se retrouvera sur le Net en téléchargement sur des Blogs ou en Torrent, à quoi bon se battre là contre ? Autant s’en servir et en tirer parti pour donner plus d’exposition à ton travail, non ? Plus sérieusement, les gens qui veulent nous soutenir, et surtout qui ont les moyens de le faire (pas tout le monde peut se payer des disques), peuvent toujours nous commander des disques sur notre shop ou verser une somme symbolique en téléchargeant nos albums sur notre Bandcamp s’ils le souhaitent. Et ça fonctionne bien comme ça. L’argent n’a jamais été le moteur de Rorcal ; tout ce qu’on veut c’est que le maximum de monde puisse avoir accès à notre musique. Et le téléchargement libre est un formidable outil pour ça.

Que pensez-vous de la panoplie médiatique que chaque nouveau groupe a à sa disposition: facebook, bandcamp, twitter, instagram ?

Quand tu penses au développent du Web ces dernières années et au développement de toutes ces plateformes c’est assez barge… A l’époque de notre premier disque c’était Myspace… tu pouvais mettre trois morceaux (et encore il fallait pas qu’ils soient trop longs) dans une qualité mp3 toute pourrie, compressée à boulet… et maintenant on a Bandcamp où tu peux poster ta musique gratuitement, sans limite, sans être obligé de la dénaturer… c’est complètement dingue. Facebook a aussi bien révolutionné notre manière de communiquer avec les gens qui nous suivent. C’est assez génial. Dire qu’à l’époque on se galérait à mettre un site web en ligne, aussi ; tout est devenu bien plus simple aujourd’hui grâce à tous ces outils. Il faut en tirer parti. Tous ces réseaux sociaux transcendent les frontières et permettent à des petits groupes comme le nôtre de toucher un public toujours plus large. Ce qui aurait été bien plus compliqué, voire impossible, il y a quelques années en arrière.

Selon vous, est-on en train d’assister à la mort de l’album ? J’entends par là que plusieurs groupes bien installés préfèrent se concentrer sur des sorties plus petites comme des EP plutôt que de prendre le risque de se vautrer financièrement avec un full-length, et vu le nombre pullulant de groupe qui émergent tous les jours il devient de plus en plus difficile de se faire une place au soleil.

Je ne crois pas une seconde à la mort du long format. Je n’y ai même jamais pensé. Tant que des artistes auront quelque chose à exprimer et qu’il y aura un public de passionnés pour les suivre, il n’y a aucune raison d’assister à la mort du disque quel que soit son format. Je trouve particulièrement important aujourd’hui surtout de soigner ses sorties avec un artwork qui claque et un beau packaging. Il y aura toujours dans notre milieu des collectionneurs qui préfèreront mettre 30 balles pour un album physique que 5 francs pour un fichier Zip.

Je vous ai personnellement connu sur le split avec Malvoisie et Profond Barathre, deux groupes que j’adore depuis. N’est-ce pas là l’utilité première d’un split, d’aider à promouvoir d’autres groupes et d’autres scènes à travers la popularité de chaque partie du split. Qu’est-ce que ça implique pour vous ce genre de collaboration ?

Les splits sont surtout pour nous l’occasion de collaborer, d’une manière ou d’une autre, avec des groupes ou des individus dont nous nous sentons proches. On adore collaborer avec d’autres personnes alors on est assez friands de ce format. On a des tas de groupes avec qui aimerait bien sortir des splits mais on manque légèrement de temps pour tout faire malheureusement !

Et enfin, si j’allais dans la bibliothèque de Rorcal, qu’y trouverai-je ?

Je ne sais pas trop ce que lisent mes comparses. Dans ma bibliothèque en ce moment il y a « Le cimetière des bateaux sans nom » d’Arturo Pérez-Reverte qui a quitté son étagère. Mais il y a surtout « It is time for you to return » du luthiste Jozef van Wissem qui tourne en boucle sur la platine.

 

Enjoy this post? Donate to CVLT Nation to help keep us going!

 
Previous post

CVLT Nation Premiere:
Streaming ATILA "Carne"

Next post

Skullreader - Origin of Doubt Review + Stream

The Author

Tom

Tom

Passion driven french redactor ready to talk about anything regarding music, cinema, literature, esotericism or any type of worthy subjects. Also part of the TCPC organization in France.

1
Leave a Reply

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
墨香开服一条龙www.17isf.comQQ1285574370 Recent comment authors
  Subscribe  
newest oldest most voted
Notify of
墨香开服一条龙www.17isf.comQQ1285574370
Guest

私服开区服务(网络游戏私服开服制作)&服务器及空间租用&服务端销售
传奇广告代理-http://www.e7if.com/index15.htm
官方网站:http://www.e7if.com
客服咨询QQ49333685(企鹅扣扣)
Email:49333685@qq.com
http://www.e7if.com免费版本下载(已修复不能下载问题):
http://www.e7if.com/soft/index.html
传奇开sf一条龙开区服务-http://www.e7if.com
天龙八部开私服一条龙服务-http://www.e7if.com
魔域私服开区一条龙服务-http://www.e7if.com
墨香开服一条龙www.17isf.comQQ1285574370 http://www.17isf.com/